décembre 2019

PF et effets secondaires, Parlons en

  • Constatons

Beaucoup ne veulent pas de grossesse et au même moment ils ont des rapports sexuels non protégés. C’est une contradiction. Pourtant la grande majorité sait que la grossesse est le fruit d’un rapport sexuel non protégé. Ils savent aussi qu’un seul rapport non protégé suffit pour qu’il y ait une fécondation. Cette fécondation peut aboutir à un ou plusieurs fœtus.

Q’est ce qui peut justifier alors le fait qu’un couple qui n’a pas envie d’avoir une grossesse décide de ne pas adopter une méthode contraceptive moderne?  La méthode contraceptive assure la confiance, la sécurité , la bonne santé et l’épanouissement. Ils le savent et le récitent déjà. Pourtant ils décident de s’en passer en dépit du fait qu’ils couchent mais ne veulent pas de grossesses. Pour la plupart ils ont une seule raison qui motive ce choix:

« ILS ONT PEUR DES EFFETS SECONDAIRES DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES ».

  • Que pouvons nous rappeler sur une méthode contraceptive?

La contraception, considérée comme l’utilisation des médicaments, des dispositifs ou procédures pouvant réduire la probabilité ou empêcher la formation d’un embryon à la suite d’un rapport sexuel. Ou bien tout simplement l’ensemble des pratiques sûres qui empêchent la rencontre ou la fusion de l’ovule et du spermatozoïde. Nous en disposons deux grands groupes: les naturels qui ont des taux de réussite faible et les modernes avec un taux de réussite bien élevé.

Parlant des méthodes naturelles de contraception,  nous pouvons citer entre autres l’observation des règles ou du cycle menstruel, la température du corps, la glaire cervicale, la méthode d’allaitement maternel et d’aménorrhée (MAMA).

Pour les méthodes contraceptives modernes, nous avons une gamme bien variée de nos jours dans les centres de santé. Commençons par les méthodes permanentes ou irréversibles. Il y a la ligature des trompes chez la femme et la vasectomie chez l’homme. Pour le long terme, nous pouvons citer le stérilet ou le dispositif intra utérin (DIU). Ajoutons par la suite les implants. Les méthodes à court terme sont constituées des injectables et des pilules. Les préservatifs sont à usage unique et ont déjà fait l’objet d’un article http://fkoffi.mafamilleplanifiee.org/2017/10/09/preservatif/.

Vague de méthodes de PF
Un échantillon des méthodes contraceptives
  • Qu’en est-il des effets secondaires de ces méthodes?

les méthodes contraceptives qui sont à base d’hormone provoquent chez certains clients des  réactions qui sont connues sous l’appellation d’effets secondaires. Il s’agit des réactions déjà répertoriées. En plus, il y a une prise en charge bien appropriée à chacun de ces effets secondaires. Il suffit de retourner en discuter avec le prestataire.

Au rang des effets secondaires, nous pouvons citer le saignement lors des menstruations qui peut devenir plus important en quantité et / ou en durée. Il peut se produire l’effet inverse qui est l’absence de saignement ou l’aménorrhée. Nous pouvons aussi citer le spotting qui se comprend comme des traces de sang dans les sous-vêtements des femmes entre deux cycles menstruels. Ajoutons aussi des vomissements, des nausées, des légers maux de tête, la dysménorrhée et autres. La grande partie de ces signes disparaissent avec le temps. Néanmoins, il est recommandé de se faire consulter pour avoir plus d’informations et  au besoin un traitement adapté.

  • Les rumeurs, encore les rumeurs, toujours des rumeurs, mais que faire?

Nous en parlons car il s’agit des « on-dit » et à chaque coin de la rue, on en rajoute. Ainsi n’est-il pas rare d’entendre que les méthodes contraceptives rendent stériles dans l’avenir, créent des infections sexuellement transmissibles, donnent de la bouffée de chaleur. Aussi surprenant, entendons-nous que les méthodes contraceptives conduisent au multipartenariat, à la débauche, aux rapports sexuels précoces, …

Je n’ai rien à vous apprendre car chacun d’entre nous a déjà entendu une rumeur sur les méthodes contraceptives. Il faut juste que nous démêlons le vrai du faux. Nous avons du personnel qui est formé et qui nous attend dans une formation sanitaire. Il pourra mieux nous expliquer que tous les autres amis du quartier. Eux, parfois, ont déjà adopté la méthode contraceptive de leur choix. C’est simplement leurs dires qui nous découragent à notre tour. Souvent ceux qui répandent plus ces rumeurs n’ont même jamais consulté pour la contraception. Parfois ils n’ont  jamais expérimenté une méthode contraceptive moderne. Ils ont juste entendu dire. A leur tour ils ont répété. En plus, en voulant faire du sensationnel, ils en rajoutent.

  • Voyons le verre à moitié plein

Pourtant, nous avons des voisins qui ont adopté ces différentes méthodes contraceptives et qui ne ressentent rien. Ils se sentent épanouis et restent calme dans leurs coins. En addition,  il y a des champions en planification familiale, des héros  http://fkoffi.mafamilleplanifiee.org/2019/11/30/enfin-des-heros/  

Toutefois, comme le train qui est à l’heure intéresse peu, nous devons apprendre à gérer les effets secondaires en commençant par la gestion des rumeurs.

Le retour à la fécondité après l’adoption d’une méthode contraceptive est un thème entier que  j’aurai la chance de développer avec vous, mes lecteurs, sous peu.

S’il y a une seule jeune qui porte une grossesse non désirée ou précoce, nous avons du boulot. S’il y a un individu dont les droits sexuels sont violés, nous devons agir. D’autres articles sont en préparation dans cette optique.

J’apprécie à leur juste valeur tous vos commentaires et vous remercie d’avoir pris du temps pour parcourir cet article. Gardons le contact. https://www.facebook.com/force.koffi A bientôt pour se lire réciproquement https://www.facebook.com/jasrpftogo/.